REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : L'ile au bout du monde

L'ile au bout du monde 14 Jui 2024 16:25 #2564

Notre porte-avion insubmersible du Pacifique, la Nouvelle-Calédonie, est à nouveau en feu. La crise est cyclique, elle revient au gré des fausses promesses et autres errements des gouvernements de la République qui ne savent plus quoi faire de ce sparadrap du capitaine Haddock.
A la suite de précédents événements sanglants culminant en 1988, un processus relevant du droit à l’autodétermination était en cours jusqu’à ce que nos éléphants de magasin de porcelaine adeptes du court-termisme à tous crins s’en mêlent en voulant accélérer les choses.
Il est en effet impossible de brûler les étapes lorsqu’il faut concilier des avis aussi contraires que les intérêts en présence, entre des gens aux cultures et mentalités si étrangères qu’ils ne sont pas encore parvenus à se mélanger, comme toujours dans ce genre de situation mettant en jeu des envahis, des envahisseurs et des immigrés, guillemets ou pas.
Pour ne rien arranger, la richesse principale de l’ile, le nickel, est fortement chahuté par l’augmentation de production de la Chine et de l’Indonésie dont les coûts moindres rend celle de la Nouvelle-Calédonie bien moins attrayante sur le marché mondial.
Ne comptons pas sur l’ONU qui considère la France coupable de colonialisme à retardement !
Je vais sûrement me faire tacler, mais cette affaire me rappelle un peu notre fin de parcours en Algérie au début des années 60.
Pour résumer, une difficile cohabitation entre peuples bien différents, les uns reprochant aux autres de les considérer comme moins que rien, des velléités indépendantistes constantes, des richesses naturelles qui ne profitent pas à tout le monde, des interventions extérieures déstabilisatrices, une indifférence vraie ou ressentie de la part de la lointaine métropole.
Comment se sortir de ce bazar ?
Envoyer le contingent ? Stupide, il n’y a plus de contingent !
Abandonner le caillou à son sort ? Et aussi un énorme domaine maritime, grosse perte au premier degré, mais au second, bien difficile à défendre d’ici au cas où un gros voisin – suivez mon regard – viendrait exploiter sans demander la permission les richesses des fonds océaniques. Un voisin qui lance chaque année un nombre de navire de guerre équivalent à la Marine Française toute entière…
Et vu comme les gens ne s’aiment pas, s’attendre à recevoir des milliers de rapatriés en rogne d’avoir été abandonnés et qu’ici, personne n’attend. J’étais gamin au début des années 60 et pourtant, je me souviens bien du cataclysme du retour des rapatriés d’Algérie. Même si d’une échelle moindre, j’ai peur qu’une redite aujourd’hui soit bien pire à cause de l’évolution des mentalités et du contexte économique.
Discuter avec tout le monde ? Oui, mais sans le couteau sous la gorge. Il est nécessaire qu’on admette que les Kanaks refusent d’être marginalisés alors qu’ils représentent plus de 40% de la population, de plus par des gens qui ne sont là que depuis peu. Il est aussi nécessaire que les Kanaks admettent que les Caldoches, présents depuis des générations, sont aussi chez eux et qu’ils n’ont nulle part où aller s’ils partent. Quant aux métropolitains qui ne font que passer, qu’ils ne fassent que passer.
Surtout, ces discussions doivent impérativement être menées par des représentants de l’Etat de bonne volonté, connaissant bien les enjeux, leurs interlocuteurs et leurs manières de faire. Et surtout sans agenda politique. Toute précipitation serait contreproductive, nous sommes en train d’en voir les conséquences.
Il reste que les événements en cours vont encore creuser les fossés entre communautés, que les jours d’émeutes vont générer en contrepartie des mois de discussions où les vertus cardinales seront la patience et le discernement.
Je pense que les habitants de l’ile ont tout intérêt à l’apaisement, l’incertitude réside dans l’impatience congénitale de nos dirigeants politiques du moment. Et là, je suis vraiment inquiet.

L'ile au bout du monde 14 Jui 2024 20:37 #2565

Ayant assisté à la table ronde de l'asaf dont le sujet était la souveraineté, la nouvelle Calédonie a été cité comme exemple. Comment l'état français peut il revendiquer être souverain sur un territoire où il n'arrive plus à faire régner sa loi et qu'il serait incapable de défendre demain face à des agresseurs comme la chine ou ses affiliés.
  • Denis Notter
  • Portrait de Denis Notter
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Farjaud
    • Le piège est tendu
    • Mon cher Daniel, je te trouve bien rêveur. Notre Président que, contrairement à ce qu'il imagine, personne ne nous...
    • Portrait de Christian
    • Et, à la sortie du chapeau...
    • Euh... Mélanchon ? C'est pas plutôt Mélenchon ? Je suis un ancien insoumis, mais décidément Mélenchon c'est plus...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • La guerre des papys
    • Le duel un peu bizarre organisé le 28 juin dernier entre Jo Biden, président des États-Unis et son challenger...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Smog politique
    • A deux pas des urnes, nous voici bien avancés… S’il a bien mis un bon coup de pied dans la fourmilière de droite,...