REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Nommer les choses

Nommer les choses 19 Mai 2022 08:44 #2337

Il est passionnant d’observer l’évolution du langage sur le temps long. A plus court terme, cela relève de la gageure parce qu’il le fait comme nous grandissons, petit à petit, insensiblement. Les linguistes disent quelquefois que les langues évoluent d’une manière générale de 10% tous les 70 ans. Cela permet de se faire une idée !
A notre époque cette réalité est contrebalancée par l’invention de la langue de bois, cette manière de dire sans le dire, d’occuper les terrains politiques et médiatiques comme une forme d’obstruction à toute pensée organisée, de tenir des propos sans le moindre sens autre que de faire joli à l’avant-scène. Elle fait des ravages car, si elle est bien connue, elle peut prendre des formes furtives qui lui permettent d’exercer sur nous un pouvoir que nous ne soupçonnons pas toujours. D’où son succès.
Ce polymorphisme allié à la diversité de ses objets et de ses locuteurs, transforme les individus que nous sommes en assiégés permanents n’ayant plus que le recours épuisant à une forme rare et aigüe de l’esprit critique pour s’en exonérer et retrouver un sens à ce qui nous arrive.
Pur produit d’un système qui est devenu le référentiel planétaire, cette langue de bois n’est en fait que le blindage qui le protège et le rend si difficile à caractériser. Ne jamais oublier la novlangue de 1984.
Mais il y a mieux : ce fameux système n’a pas de nom à proprement dit. Lorsqu’on veut le désigner, on tourne autour du pot, on fait des périphrases, on s’embrouille avec des notions proches mais aux sens contraires. Juste parce qu’il n’y a pas de mot pour lui.
Alors, comment combattre quelque chose qu’on ne sait même pas désigner ?
Comme moi, vous devez avoir des difficultés lorsque vous tentez d’expliquer à des interlocuteurs ébahis que nous vivons sous la dictature sournoise d’une espèce de truc sans nom aux innombrables tentacules étouffant toutes velléités d’imaginer ce qu’il peut bien être, non ?
Capitalisme sauvage, système ultralibéral, libéralisme économique, sont ses faux-nez habituels.
Personnellement, je proposerais bien « capitalisme ultime » ou plutôt « capitalisme débridé » au sens de la description qu’en fait Marx (« Le Capital » livre I, chapitre X) bien avant que la chose ne soit lâchée dans nos mollets. Il en ressort qu’un individu seul ne peut rien contre le mécanisme capitalistique qui ne peut être efficacement combattu que collectivement et politiquement.
Et vous, avez-vous d’autres idées, proposez-vous d’autres noms qui pourraient se placer après un certain nombre de verbes du genre : contrôler, mater, réguler, atténuer, que sais-je encore ?! Juste pour bien comprendre de quoi on parle, de mettre enfin en avant de la forêt touffue où il se planque sournoisement, l’arbre dont il est réellement question.
Propulsé par Kunena
    • Portrait de FARJAUD
    • Déçu
    • Bonjour Daniel Je reconnais avec toi que le résultat des élections récentes ne laissent pas augurer des lendemains...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Degré de tolérance
    • J’ai récemment fait état de mes préoccupations à propos des métiers en souffrance (cf. « Métiers en souffrance...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Vlad le Bienfaiteur !
    • Le conflit en Ukraine s’éternise de façon désespérante. Ses conséquences apparaissent petit à petit, touchant de...
    • Portrait de FARJAUD
    • Écriture, suite...
    • Bravo Daniel Rien de mieux que l'écriture pour mettre en ordre ses pensées avant de les retranscrire à l'aide de ces...