REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Et la morale ?

Et la morale ? 25 Nov 2021 10:58 #2259

Les bons parents ont toutes les ambitions pour leurs enfants, d’où l’engouement pour les formations les plus pointues réputées leur garantir un emploi et surtout un bon salaire afin leur éviter le déclassement vu comme la pire des punitions dans notre monde néolibéral.
C’est ainsi qu’un grand nombre d’étudiants sont orientés vers des filières prestigieuses dont le diplôme ouvre une carrière brillante dans le domaine politique, économique ou managérial.
Science Po, grandes écoles d’ingénieurs, de commerce, sont ainsi plébiscitées.
Mais en observant attentivement ce phénomène à la lumière de ce qu’est le système économique dominant et de son imbrications avec les mondes politiques et médiatiques, je me demande si tous ces jeunes aux cervelles bien faites mais aussi gavées de propagande et d’un intense bourrage de crâne les ayant convaincus de leur supériorité en tout, ne tombent pas de très haut lorsqu’ils comprennent à quoi ce parcours sans faute les a conduit.
Au service de puissants planqués sous une mythologie crapoteuse, puiser sans limite dans le seul gisement de fric du monde, les poches des gens, s’ingénier à leur vendre des choses inutiles et à se ruiner pour elles, s’employer à réduire les effectifs des vrais créateurs de valeur en jetant les plus faibles dans l’incertitude, juste pour gaver des actionnaires livrés à une voracité incontrôlée tout en veillant au passage à conserver un train de vie qui les a fait rêver et enfin à portée.
De plus en plus d’entre eux se rendent compte qu’on les a formés à servir un système inhumain, au-delà de toute morale, en échange d’un mode de vie égoïste qui durera ce que durera leur renoncement à s’interdire toute réflexion et toute prise de recul sur ce qu’ils sont devenus.
Durant ma vie professionnelle, j’ai rencontré beaucoup de gens implacables, totalement fermés à tout ce qui n’était pas leur intérêt immédiat, des patrons, des salariés… Ils obéissaient à leur propre nature, ils étaient ainsi faits, connus comme tels, imbuvables. Et petit à petit, les choses ont changé en mal lorsqu’on a vu arriver en masse ces jeunes aux dents longues, bien plus nombreux et dangereux, car formés, eux, dans l’esprit de la loi du plus fort et de la compétition mutuelle.
J’en reviens à ma question initiale : comment peuvent-ils supporter ce qu’on les a menés à faire si ce n’est pas dans leur nature profonde ? Très mal à l’usure si j’en crois ce qui se passe.
Beaucoup de ces brillants spécimens d’homo liberalicus lâchent la rampe au bout de quelques années d’infamie, certainement horrifiés d’avoir été menés en bateau et décident de ne plus jouer le jeu qu’on leur avait si bien vendu, de se retirer de ce monde.
Beaucoup sombrent dans la dépression, refusant l’évidence de la fausse route.
Beaucoup se tournent enfin vers ce qu’ils avaient profondément envie de faire de leur vie avant que la pression de classe, des parents, des professeurs, de la mode, ne les en dévient. On les retrouve alors paysans, boulangers, artisans, jaloux de leur indépendance et rétifs à tout rapport avec ce qu’ils viennent de quitter à grand mal.
Quel gâchis !
Cela mettra-t-il fin au scandale des hautes études destinées à former des scientifiques, des ingénieurs, des économistes, des administrateurs au service de l’intérêt général au sens large de la nation, mais à présent siphonnés pour exécuter les basses œuvres d’intérêts privés insatiables en échange d’une toute petite part du gâteau.
L’inhumain système néolibéral et son sous-produit individualiste ont initiés une crise des vocations qui touche rapidement tous les secteurs d’activités, à tous les niveaux : ne serait-ce pas le début d’un changement radical que les partis politique paralysés par leurs traditions n’ont pas su imposer ?
N’assiste-t-on pas à un renversement du rapport de force entre travailleurs qui ne jouent plus le jeu et capitalistes qui redécouvrent que leur fortune ne dépend que du bon vouloir de ces mêmes travailleurs à faire tourner leurs moyens de production ! Qu’il est temps de ne plus tirer la couverture à soi mais de la partager à la Saint-Martin !
Il est amusant de constater que cette crise de l’emploi débutée par les meilleurs, se voit amplifiée par le renfort des plus maltraités, des moins formés, qui ont aussi compris que sans eux, rien ne marcherait plus. L’alliance des extrêmes.
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Et la morale ?
    • Les bons parents ont toutes les ambitions pour leurs enfants, d’où l’engouement pour les formations les plus...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Energies diverses
    • Comme je prends goût à faire des listes, je pense qu’il serait bon d’établir celle des sources d’énergies...
    • Portrait de Christian Gravelin
    • Maudite liste
    • Je suis en train de terminer les "Ceintures Barbares" et je rejoins Claude, ça peut être effectivement un point...
    • Portrait de Stéphane
    • Pourquoi faire simple...
    • Hélas oui ... cela fait bien longtemps que nous le savons .... que nous allons dans la mauvaise direction, pour ne pas...