REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Vie humaine en danger

Vie humaine en danger 28 Sep 2021 08:50 #2235

A l’occasion du colossal procès des attentats du 13 novembre 2015, Charlie Hebdo qui en rend compte un peu de la même manière que lors de celui qui le concernait directement, vient de rapporter des événements rappelés à la barre, qui m’avaient profondément choqué à l’époque.
Au moment des faits au Bataclan, des policiers présents très vite sur les lieux, ont pris le risque d’entrer, leur intervention ayant permis d’enrayer la mécanique infernale enclenchée par les terroristes.
Une patrouille de militaire de l’opération Sentinelle était aussi présente : le chef de détachement rendit aussitôt compte des événements en cours et se vit ordonner d’attendre les renforts compétents.
En bon militaire, il obéit.
Et là : ???
Comment est-ce possible ? Entendre les rafales de Kalachnikov qui fauchaient des gens désarmés et ne pas bouger ? Parce que ça risquait d’être dangereux pour des soldats non spécialisés dans ce type de combat, a-t-on expliqué à postériori. Peur de rajouter des tirs aux tirs, de défourailler n’importe où dans un milieu fermé ? Ou bien frousse bleue de sortir des clous de la légalité qui impose aux militaires un tel imbroglio de règles d’engagement qu’il leur devient impossible de réagir à l’instant t alors que c’est leur cœur de métier. CQFD.
Ayant connu bon nombre d’exercice d’état-major destiné à tester procédures et moyens pour en tirer de précieux enseignements, nous avions alors un aiguillage qu’il était possible d’actionner pour quitter les rails légaux : vie humaine en danger.
A ce constat d’urgence, on pouvait laisser les militaires au contact faire tout ce qu’ils pouvaient pour venir en aide aux personnes impliquées. On va me dire que cela s’appliquait surtout aux skieurs ensevelis sous une avalanche. Les soldats intervenaient cependant dans des conditions dangereuses, sans états d’âme et sans hésitations.
Il y a donc deux types de vie humaine en danger ? Un skieur vaudrait-il mieux qu’un amateur de hard-metal ?
Il y a donc deux types de personnes, certaines qui obéissent et d’autres non : le commissaire de police qui est entré dans le Bataclan l’a fait à l’encontre des ordres reçus de sa hiérarchie. Je suis persuadé que dans des circonstances moins dramatiques, il aurait été saqué, ce qui n’a pas été le cas, l’indécence d’une sanction ayant effrayé le système.
Je ne sais pas ce qu’en pensent aujourd’hui les soldats qui n’ont rien fait sur ordre. Je ne sais pas si quelqu’un leur a un jour demandé comment ils vivent avec ça. Mais l’armée est habituée, dira-t-on hélas, repensons aux déchirements qui ont accompagné la fin des guerres coloniales alors qu’il fallait partir en abandonnant tous ceux qui avaient joué notre jeu, sans réagir, au milieu des massacres habituels en de telles circonstances. Requiem pour les supplétifs, les harkis… D’où crise existentielle.
Les explications données par la haute hiérarchie militaire sur les règles d’engagement, que je connais par cœur, pleines de bon sens et parfaitement cohérentes d’un point de vue réglementaire, se heurtent à une réalité qui se fout éperdument des procédures. Que faire alors si les soldats ne doivent pas prendre de risques ? Qui doit en prendre ? Les spectateurs ?
Si je m’en tiens aux explications et aux tentatives de justification de la non-intervention militaire donnée par l’institution, je pense qu’on devrait vite arrêter Sentinelle, voire carrément en poussant un peu le bouchon, supprimer l’armée puisqu’elle ne sert à rien. Vouloir à tout prix respecter le droit à la lettre face à des gugusses qui s’en foutent totalement relève de la quadrature du cercle, même si à trop regarder l’abime…
Je préfèrerais cependant qu’elle assume son rôle, qu’elle tienne compte de la nature des menaces pour former ses soldats en conséquence, et surtout, qu’elle libère de toute tutelle ceux qui sont inopinément au contact au moment où chaque seconde compte. Révolution difficile dans une société où le pouvoir est toujours confisqué par l’échelon supérieur et où toute action doit avoir une suite juridique, dans le déni éperdu de toute responsabilité.
Un soldat est là pour combattre au profit de ses concitoyens, il signe un engagement à se faire tuer pour cela si nécessaire. Il n’ignore pas les risques de ce métier. Il est formé à avoir un comportement exceptionnel dans des circonstances exceptionnelles.
Je suis profondément choqué de vivre dans une société repliée sur elle-même qui a placé le respect des procédures avant celui de la vie humaine. Face à des fous furieux comme les assassins du Bataclan, elle ne pèse plus grand-chose.

Vie humaine en danger 02 Oct 2021 09:29 #2236

Le déclin d'une société se mesure à l'hypertrophie croissante des normes qu'elle se donne...
  • MAVRIDORAKIS
  • Portrait de MAVRIDORAKIS
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Et la morale ?
    • Les bons parents ont toutes les ambitions pour leurs enfants, d’où l’engouement pour les formations les plus...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Energies diverses
    • Comme je prends goût à faire des listes, je pense qu’il serait bon d’établir celle des sources d’énergies...
    • Portrait de Christian Gravelin
    • Maudite liste
    • Je suis en train de terminer les "Ceintures Barbares" et je rejoins Claude, ça peut être effectivement un point...
    • Portrait de Stéphane
    • Pourquoi faire simple...
    • Hélas oui ... cela fait bien longtemps que nous le savons .... que nous allons dans la mauvaise direction, pour ne pas...