REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Honni soit qui Mali pense !

Honni soit qui Mali pense ! 15 Jui 2021 15:34 #2199

Cela couvait depuis un certain temps : la France, par la voix de son président, vient d’annoncer son intention d’en finir avec l’Opération Barkhane lancée le 1er août 2014 à la suite de l’Opération Serval de janvier 2013, réponses à une intense et durable menace djihadiste au Mali et plus largement au Sahel tout entier.
On peut s’attendre à ce que ça tourne pas mal autour du pot à la suite de ce que beaucoup vont prendre comme une reculade. Et de décerner morts et jugements à cette décision, sous des prétextes aussi variés que les opinions de ceux qui les auront émis.
Mais qu’en est-il au fond ? On peut se poser quelques questions sur cette opération extérieure.
Pourquoi a-t-elle été déclenchée ? En raison d’accords de défense nous liant à certains pays anciennement colonisés ne parvenant pas, comme nous, à se libérer de cette ancienne relation, mais aussi en raison de la volonté française de s’opposer très en amont aux visées de groupes terroristes montant en puissance impunément dans l’anonymat de ces immenses territoires à peine contrôlés par des états balbutiants et anémiques dont les habitants ne sont toujours pas convaincus de la nécessité.
Peut-on en sortir vainqueurs ? Certainement pas ! Vouloir contrôler un territoire grand comme l’Europe avec 5000 hommes dans le meilleur des cas, relève de la pure science-fiction ou plutôt de l’ignorance crasse par le monde politique des choses de la guerre, peu réceptifs aux avertissements et inquiétudes des militaires devant obéir à ses ordres de toute façon. Gagner une guerre, ce n’est pas seulement remporter des victoires mais surtout tenir le terrain conquis. Et pour tenir le terrain, il faut des moyens considérables mais surtout s’appuyer sur des buts de guerre précis. Traquer et flinguer sans autres idées de manœuvre des cohortes de va-nu-pieds en pétrolettes sans pouvoir agir sur ce qui les a amené à adopter ce mode d’action, est aussi vain que de courir chez nous après les délinquants de banlieues sans se préoccuper du glissement de leur citoyenneté vers des carcans de loyautés tribales tournant le dos à la République. Remarquons au passage, qu’en d’autres lieux et autres temps, nous et de bien plus forts que nous, se sont cassés les dents sur le même genre de va-nu-pieds insaisissables, simplement parce qu’ils étaient chez eux et nous pas. Viet Nam, Afghanistan, etc.
Quelle sera la suite de cette opération ? Une coopération internationale entre pays divers et variés tirant à hue et à dia, luttant pour unifier des intérêts divergents et des obligations souvent contraires pour des opérations montées en urgence et qu’il faut lancer dans l’instant au risque de gâcher une opportunité, ceci sans demander la bénédiction des Dieu le Père nationaux ! Ce type d’opération bric-à-brac a de tout temps été synonyme d’échec, cf. les opérations onusiennes de triste mémoire. Il serait peut-être préférable de consacrer les fonds engagés pour guerroyer, à des actions dans les domaines éducatifs, économiques, juridiques, si toutefois les pays concernés sont prêts à digérer nos manières de faire, ce qui n’est pas gagné, loin de là. Et au nom de quoi d’ailleurs ?
Je crois que nous nous grandirions à cesser de nous comporter en parrains avec tous les excès que cela comporte. Il est très difficile d’aider sans humilier ni compromettre, surtout avec nos casseroles historiques. Peut-être devrions-nous laisser d’autres plus neutres le faire en veillant cependant à offrir gracieusement les meilleures formations possibles à de nouvelles élites afin que les dérives qui nous ont disqualifiés ne se reproduisent pas. Pour faire oublier la Françafrique !
Quant à la lutte en amont contre le terrorisme, préoccupons-nous d’abord1 des terreaux que nous entretenons chez nous par pure bêtise ou inconséquence et dont sont issus la grande majorité de ceux ayant commis le pire sur notre sol. Que la République revienne en force et de façon pérenne dans la terra barbaria qu’elle a laissé croitre dans les banlieues abandonnées d’elle, toute à son obsession comptable et à son incapacité à anticiper l’inéluctable dérive de malheureux souvent incultes qu’on livre par indifférence ou calcul à court terme aux pires vendeurs de chimères.

Honni soit qui Mali pense ! 15 Jui 2021 15:51 #2200

Très belle synthèse.
Amicalement
  • Pierre Martin
  • Portrait de Pierre Martin

Honni soit qui Mali pense ! 16 Jui 2021 07:36 #2201

Je suis bien d'accord avec toi : jouer au parrain alors que nous ne sommes pas capables de maintenir un semblant d'ordre sur notre propre territoire est inutile. Proposer de laisser "d'autres plus neutres" agir se solderait aussi par un échec, pour les raisons que tu évoques. Quant à la formation, cela fait des décennies que nous accueillons des stagiaires dans nos grandes écoles avec le résultat qu'on connait. Constat peu réjouissant...
  • farjaud
  • Portrait de farjaud
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Course à la perfection
    • Quelques jours avant le début des Jeux Olympiques de Tokyo version 2020 et demi, le responsable de la cérémonie...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Incorrigibles
    • Quelques observations et réflexions au préalable d’une quatrième vague pandémique à laquelle les médias nous...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Lumière sur les origines
    • Dans notre pays, lorsqu’on cherche à comprendre le pourquoi du comment de certaines dérives sociales, on se heurte...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Le Service National Universel
    • De temps à autre, on nous fait une petite promotion du Service National Universel (SNU), histoire de montrer que...