REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Forces de l'ordre II

Forces de l'ordre II 13 Jui 2020 08:28 #2082

La triste affaire Georges Floyd, cet américain noir délibérément tué par un policier blanc apparemment sûr de son impunité alors qu’il était filmé, me permet de revenir sur ce que j’avais écrit le 26 mars 2020 et de profiter de l’ampleur des réactions dans le monde pour préciser certaines choses.
En premier lieu, alors que nous sommes aujourd’hui de moins en moins enclins à obéir aux injonctions de quiconque, pas même des représentants de la loi, ces derniers, pour exercer leur métier dans le respect de l’imbroglio légal encadrant l’exercice de la force, doivent réagir avec sang-froid grâce à une formation la plus poussée possible leur donnant discernement et droit de modérer leur comportement individuel surtout si leurs chefs dérapent pour une quelconque raison. La continuité du sang-froid de haut en bas et inversement est fondamentale, pour ne pas en arriver à la situation courante aux USA où, culture oblige, l’usage de la force est systématique et hors de proportion, même lors d’un contrôle d’identité anodin. A l’image d’un cuirassé de la guerre du Pacifique, le flic US : sa puissance de feu est colossale, son sens de l’humour nul et sa vision du monde réduite au noir et blanc. Cette caricature doit être un repoussoir pour tout démocrate.
En second lieu, je rappelle que les policiers sont les derniers au bout du processus de maintien de l’ordre, en une zone grise qui existe dans toutes les organisations humaines, là où on ne peut plus passer la patate chaude à personne, là où les vrais événements surviennent intempestivement, là où, le dos au mur, on doit agir parce qu’il est hors sujet de ne pas le faire. Et si sous une telle pression on fait mal, tous les passeurs de patate s’évaporent soudainement en vous abandonnant à votre sort misérable car bien sûr, celui du bout de chaine est toujours le plus mal payé, le plus mal considéré, le fusible. Ceci doit vous rappeler la découverte récente et sous le coup de la pandémie, de telles personnes tout en bas des processus de soins, d’approvisionnement, de nettoyage … Toutes les chaines d’action sont construites ainsi.
En troisième lieu, les individus sans limites qui leur font face sont les purs produits soit d’idéologies éducatives aux conséquences mal évaluées, soit de l’incapacité de la République à les intégrer suivant ses grands principes, avec détermination et humanité. Les policiers sont donc acculés au fond de plusieurs processus inaboutis dont le maintien de l’ordre est le faux-nez qui retient l’attention et ne conduit inévitablement qu’à des réponses répressives alimentant de fait le désordre.
Si vous voulez en savoir plus sur ce que j’avance, renseignez-vous sur le palmarès de certaines de ces personnes et familles qui semblent concourir aux olympiades de l’incivilité. Rien n’est blanc ou noir (sans rire !) et j’ai déjà parlé ici de la fâcheuse tendance à tout rendre binaire : les flics sont des salauds et ceux d’en face des victimes, ou bien les flics sont des héros et ceux d’en face sont des voyous. En fait, ce rapport de force permanent baigne dans une grisaille peu glamour dans laquelle il est bien difficile de distinguer le vrai du faux même en étant plongé au cœur des affrontements.
Vous savez que j’adore la physique : on est encore en plein dedans ! Vive la thermodynamique qui nous apprend que s’opposer à un instant t au chaos demande une dépense d’énergie colossale. Il me semble qu’une telle énergie distillée dans l’éducation, les services publics, l’intégration des uns avec les autres dans l’esprit des Lumières, serait bien plus efficiente. L’ennui, c’est le temps nécessaire en volume et en durée épouvantera nos dirigeants vivant dans le court-terme électoral.
En résumé, les forces de l’ordre d’aujourd’hui assument les erreurs de politiques ou de non-politiques passées mises en œuvre pour de bonnes ou mauvaises raisons mais hélas curseurs à fond, 0 ou 1, de façon inconséquente. C’est une erreur de considérer que leur énergie peut contenir le chaos alors que c’est l’énergie de la société dans son ensemble qui devrait être employée pour rétablir et maintenir ses fonctions premières, en premier lieu le vivre ensemble uniquement possible si chacun de nous s’en mêle activement, au-delà des classes et origines.
Cette énergie collective devra d’abord s’exercer dans la participation de tous à une éducation permanente à la société et aux savoirs, avec détermination et conscience d’animer un processus sans fin pour le bien de tous.
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Convergence
    • C’est un constat désabusé : les sociétés humaines modernes sombrent petit à petit sous l’emprise de deux...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Tour de Babel
    • Nous connaissons tous l’histoire bien ancienne de la Tour de Babel dont le Dieu jaloux et colérique de ce temps-là...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Renoncer
    • Nous en avons tous plus ou moins conscience : pour éviter le pire, ce monde doit évoluer vers un modèle moins...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Insertion
    • Le président de la République a beaucoup parlé de l’insertion des jeunes dans le monde du travail lors de son...