REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Après

Après 20 Mar 2020 17:33 #2039

Temps de plus en plus incertains. Je viens d’entendre à la radio quelques personnalités habituées des studios débattre un peu sur les suites sociologiques de l’épisode coronavirus.
Indéniablement, l’après sera différent de l’avant, comme cela s’est produit lors des grandes épidémies historiques, événements si marquants que nous les avons encore en mémoire.
Les sociétés ont une fonction auto-réparatrice qui joue dans de telles circonstances, leur permettant de rebondir au prix d’évolutions plus ou moins fondamentales.
Ainsi, comme le rappelle Boris Cyrulnik, le rapport à la force de travail s’est transformé après l’épidémie de peste (1347-1352) qui a tué près de la moitié des Européens, poussant par la force de l’offre et de la demande de main d’œuvre, les dominants à abandonner le servage ! Une révolution s’il en est !
Je me demande donc ce qu’il va découler de la pandémie Covid19 vécue avec les moyens et les manières du moment.
J’entends de ci de là que le confinement sera l’occasion de revenir à des valeurs anciennes, de redécouvrir des choses oubliées comme la lecture, la musique, etc.
Je n’y crois pas car on ne refait pas l’histoire. Et puis, le web, les réseaux sociaux …
Le temps du coronavirus est différent de celui la grippe asiatique de 1957, encore plus de celui de la grippe espagnole de 1918. Les sociétés touchées ont évoluées entretemps. Les mentalités aussi, surtout elles.
Pour ce que j’en sais, le confinement général des populations est inédit. Il est bien sûr fondé sur une connaissance des mécanismes épidémiques inaccessible à nos ancêtres. Je me demande même s’il aurait été possible de l’imposer comme c’est le cas aujourd’hui.
J’en doute parce que les sociétés étaient beaucoup plus cohérentes, les gens beaucoup plus proches les uns des autres, la solidarité n’étant alors pas déléguée à des institutions ou à l’état, le travail collectif et l’entraide, une règle de vie. De plus, les dominants étaient beaucoup plus dépendants de ceux qu’ils exploitaient, ne pouvant pas comme à présent délocaliser à loisir ou fantasmer sur la robotisation ou l’exil sur Mars. Alors, tout arrêter dans ces conditions…
Aujourd’hui, nous n’en sommes plus là. Nous évoluons dans une société mondialisée dont la force apparente peut devenir très vite faiblesse en changeant seulement quelques paramètres.
Nous sommes scientifiquement assez avancés pour savoir nous opposer à une épidémie, mais au prix de l’arrêt immédiat des mouvements frénétiques des gens et des choses, fondement du système néolibéral qui va par construction, freiner tout ce qui peut lui nuire à court terme. Ainsi, sachant ce qui arrivait à la Chine, aucune mesure préventive cohérente avec nos connaissances n’a été prise par les autres pays, non pas par bêtise, mais à cause du formatage de nos pensées qui exclut d’abord toute mise en cause du système économique !
A présent, les dirigeants politiques sont confrontés à un choix cornélien auquel ni eux ni nous ne sommes préparés : comment choisir entre les milliers de morts d’une catastrophe humaine et une catastrophe économique pouvant conduire des millions de personnes à la misère ?
Ils sont bien seuls devant ce choix, les individus que nous sommes devenus grâce à leurs reculades pouvant, par individualisme, impuissance ou indifférence à peser sur le monde, charge mentale de la vie quotidienne, s’accommoder sans mal des mesures de confinement les plus draconiennes sans se soucier de leurs conséquences au-delà de leurs personnes.
Nos dirigeants ont raté le coche en n’anticipant pas ce qui allait se passer d’évidence et agir pour tarir la source du mal. Au-delà des gens, la principale victime sera un système supposé omniscient, omnipotent, éternel, mais myope et arrogant, château de cartes à la merci d’un virus. Comme les Martiens de H.G. Wells.
L’après de cette pandémie devra être celui de la mise au pas politique de l’économie et son passage au service de la société dans un grand virage à 180°. Même notre président l’a dit !
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Binaire
    • Constatant l’incapacité notoire des sociétés dites évoluées et donc occidentales à affronter des crises de...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Forces de l'ordre
    • Dans la perspective des dix dernières années, j’observe attentivement depuis des mois les forces de l’ordre et...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Routiers
    • En ces temps incertains, alors que nous sommes tous fermement encouragés à rester confinés chez nous autant que...