REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : La foi du charbonnier

La foi du charbonnier 27 Jui 2019 08:31 #1940

D’une manière générale, j’aime bien me rendre compte de certaines choses sur place : rien ne remplace la découverte purement physique de certaines réalités dont l’envergure est un défi à l’entendement. Donc, allons-y, un, deux, trois, je saute !
Voici quelques jours, j’ai eu la chance de participer à la visite de la centrale nucléaire en déconstruction de Crest-Malville. Un petit rappel est nécessaire : en ces lieux a été édifiée une usine à électricité animée par un réacteur surgénérateur Superphénix capable de fonctionner en recyclant le combustible usé. Dit comme ça, la panacée.
Sauf que rien n’est jamais simple : l’engin a connu une suite d’incidents rendus inquiétants par la présence du fluide caloporteur : du sodium dont l’inclination pour l’eau tourne au coup de foudre à la moindre occasion. Pour en savoir plus, un petit tour sur Wikipédia s’impose à l’entrée « Superphénix ».
Revenons à la visite qui dura quatre heures durant lesquelles plus de trois ont été consacrées à la prise des mesures de sécurité, au passage de huit sas avec deux contrôles de la contamination radioactive.
J’imagine que les ouvriers présents sur ce site subissent les mêmes procédures, ce qui ne doit pas laisser grand-chose des trente-cinq heures de travail ! La déconstruction à ce rythme, va durer des décennies.
En fait, on n’a pas vu grand-chose à part des bâtiments aux dimensions effarantes mettant en œuvre des appareils maçonnés et des pièces métallurgiques colossales. Rien que pour cela, cela valait la peine de supporter tout l’attirail qui nous était imposé. Notre grande Pyramide à nous !
Par contre et toujours dans l’idée d’aller voir ce qui se passe in situ, le discours des personnels dédiés aux visiteurs a été un très grand moment, avec un commencement en fanfare où il était question de l’historique chaotique de l’usine raconté simplement et semble-t-il sans omissions, ni des manifestations d’opposants, ni des incidents de fonctionnement, ni des décisions politiques ayant mené à sa fermeture.
La suite a été beaucoup plus grandiose.
En effet, la communication d’EDF chausse ses gros sabots pour faire entrer un certain nombre de vérités révélées dans nos têtes d’ignorants des choses de l’énergie et de l’écologie :
En préalable, on nous rappelle avec insistance que l’énergie nucléaire n’a pas d’incidence sur l’effet de serre. Ce qui est vrai.
Ensuite que ses déchets sont infiniment moins abondants que ceux produits par ses concurrentes. Ce qui est vrai en volume et faux en toxicité, sans oublier qu’on met sous le tapis tout ce qui reste de la déconstruction des centrales.
Et on conclut en disant que la Chine vient de mettre en service ses E.P.R., bien plus vite que nous parce que moins gênée par des normes de sécurité kafkaïennes ! Ben voyons ! Et que de plus, elle développe en ce moment des réacteurs de quatrième génération, copie conforme du surgénérateur qui n’avait pas été prophète en son pays natal, la faute aux détracteurs primaires, aux politiciens girouettes et à la démocratie qui permet aux divers avis d’être entendus ! Houlà ! Pourtant, quelle panacée que ce réacteur qui réutilise les saloperies qui l’animent, dans un quasi éternel retour à faire fantasmer les ennemis du pétrole !
Cerise sur le gâteau, pas un mot sur les accidents toujours possibles car on ne pense jamais à tout, (souvenez-vous des types déterminés qui ont détruit les deux tours new-yorkaises en détournant des avions ou tué des dizaines de personnes en fonçant dessus à bord d’un camion, entre autres, ou encore des cuves de réacteurs aux certificats de sécurité falsifiés, de l’emploi de sous-traitants hors de contrôle pour le très fondamental entretien des machineries, des quadratures du cercle à résoudre au moindre incident par les techniciens en salle de contrôle …!) et dont les conséquences sont toujours mondiales et d’une invraisemblable durée sans parler des coûts humains et économiques à mettre à genoux un pays comme le nôtre !
Sachant ce que l’on sait depuis des décennies d’exploitation, quelques accidents, d’innombrables avanies et de nombreux problèmes restés sans solutions, comment comprendre qu’on puisse encore présenter cette technologie cauchemardesque comme providentielle ?
Facile : nos excellents ingénieurs imprégnés d’idéologie ultralibérale avancent le nez dans le guidon sans se préoccuper de savoir où ils nous emmènent, persuadés d’avoir raison dans leur présent éternel, incapables d’imaginer qu’on pourrait se passer de leurs chefs d’œuvres par la seule magie du changement de nos habitudes dispendieuses, en rénovant nos habitats, en cessant d’étaler nos villes, de voyager au bout du monde pour un oui ou un non alors qu’on ne parle même plus à nos voisins de palier, etc. Mais comme il ne s’agit pas là de technologie …
Quant aux politiques, dans l’état d’impuissance où ils se sont mis, coincés entres les lobbies pétroliers et nucléaires, ne comptons pas sur eux pour prendre les décisions courageuses qui s’imposent de plus en plus impérativement.
Alors quoi ? Tout seul dans mon coin, je ne sais pas. Et pendant ce temps, la fête à Neuneu continue.
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Information ambigüe
    • L’information sur l’état du monde, dont nous sommes abreuvés par les différents canaux de la presse, est-elle...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Laïcité encore
    • Ma réflexion porte sur notre pays. Apparemment, la laïcité est un concept assez répandu sur la planète, mais si on...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Le boulot nomade
    • L’inventivité des théoriciens de l’emploi est sans limites. Un nouveau concept s’installe au sein des services...