REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Les grèves du passé

Les grèves du passé 01 Jui 2019 08:26 #1933

J’ai dernièrement regardé avec grand intérêt sur France 5 un documentaire consacré à la grève des mineurs de 1963. Ces derniers, du 1er mars au 4 avril, ont tenu bon face au gouvernement Pompidou pour enfin obtenir des augmentations de salaires ainsi que l’ouverture de négociations sur les congés et le temps de travail.
C’est un document d’archéologie sociale puisqu’il fait revivre un monde disparu et pourtant pas si lointain.
Je ne parle pas de celui des mineurs mais de celui d’une société unie de gens soumis aux mêmes contraintes et risques, agrégeant autour d’eux et de leur lutte la plus grande partie d’une population française alors consciente de sa force collective et apte à se déterminer politiquement même si le contexte binaire de l’époque ne lui laissait pas beaucoup de choix.
Les grévistes de 1963 ont obtenu en un mois des avancées considérables, préfigurant celles de 1968.
Les Gilets Jaunes d’aujourd’hui, malgré leur pugnacité, sont loin de tels résultats.
Enfonçons donc les portes ouvertes !
En 1963, les revendications étaient précises, en 2019, elles partent dans tous les sens, parfois en pleine contradiction, le fondamental se noyant dans un flot de récriminations microscopiques.
En 1963, la population était beaucoup plus concernée par la politique, guerre froide oblige, beaucoup plus encline à suivre les mots d’ordre de syndicats aux puissantes hiérarchies grâce au formatage opéré sur elle par l’encadrement militaire et religieux encore très présent sur la société. En 2019, le monde politique n’est plus binaire mais éparpillé, chaque individu étant potentiellement un parti politique, individualisme oblige, plus de camarades, plus d’adjudant, plus de curé, chacun pour soi et vogue la galère.
En 1963, le gouvernement, les élus et leurs opposants parlaient le même langage, tous issus, en ayant payé de leur personne, des convulsions des décennies précédentes. En 2019, plus de langage commun entre des dominants hors sol et des opposants sans idées de manœuvre faute d’esprit de corps.
Plus largement, cette comparaison éclaire crument l’évolution de notre société vers une désagrégation que rien ne semble pouvoir entraver tant, tous autant que nous sommes, nous nous obstinons à ne voir que ce qui nous différencie plutôt que tout ce qui nous unis.
Voilà pourquoi le schwerpunkt (concentration de forces sur un seul point) modèle blitzkrieg des grèves d’antan était beaucoup plus efficace que le mouvement brownien de nos Gilets Jaunes et ceci indépendamment du contexte !
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Balkanysation
    • J’ai récemment dit clairement ce que je pensais de l’affaire Carlos Ghosn et de ce qu’elle disait des mœurs des...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Les menaces
    • J’ai récemment proposé à mes honorables correspondants un débat thématique sur les menaces. Je n’ai pas encore...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • La presse matée
    • Le énième épisode du recul incessant de la presse libre n’a pas fait trop de vagues, par construction. Notre...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Imposture électorale
    • Les élections européennes du 26 mai dernier ont été sciemment ramenées par le chef de l’état à un duel...