REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : La patate chaude

La patate chaude 07 Oct 2018 16:36 #1868

Un grand nombre d’entre nous travaillent ou ont travaillé dans une structure suffisamment importante pour être organisée autour d’une hiérarchie plus ou moins imposante et au rôle plus ou moins clair et défini.
L’observation de son fonctionnement quotidien est particulièrement intéressante.
En théorie, l’échelon supérieur fixe les missions de l’échelon inférieur en délimitant une zone d’action et en lui attribuant des moyens humains et matériels, attendant en retour la réalisation de la mission documentée par des comptes-rendus réguliers en cours d’action, prêt à fournir des appuis si besoin est ou, en dernier ressort, à intervenir en cas de d’incident dépassant les compétences du subordonné.
Dans cette hypothèse, chacun chez soi fait le boulot qui lui est confié et les vaches sont bien gardées.
En pratique, ce formalisme est le plus souvent violé pour diverses raisons tenant à la méconnaissance du mécanisme hiérarchique, à l’ambition personnelle, la lâcheté, la peur de mal faire, la flemme, etc.
La mission devient ainsi une patate chaude dont il faut impérativement se débarrasser en la jetant vers le bas de l’édifice, jusqu’au malheureux là-bas au fond qui, ayant le dos au mur, se brûle les doigts et se fait incendier pour son incompétence à la dompter.
Ajoutez à cela l’ingérence permanente des chefs dans les affaires des sous-chefs et vous avez un tableau fidèle de la vie des bêtes humaines au travail !
J’enfonce des portes ouvertes, mais il est bon quelquefois de repeindre ce genre d’évidences qui finissent par se noyer dans le paysage. Cela me permet aussi d’en venir à autre chose.
On parle toujours, jusqu’à la nausée, des premiers de cordées, de ceux qui squattent les sommets hiérarchiques, de ceux qui règnent sur la voie royale du commandement. Je vais cependant observer de plus près ceux du fond, qui n’intéressent personne, qui ne font pas rêver. Mais sans lesquels tout l’édifice s’effondre faute de matière.
En effet, on trouve chez eux tous les savoir-faire, les tours de main, les talents permettant de créer de la valeur concrète, la seule qui vaille.
Pourtant, personne n’ignore à quel point ils sont méprisés, pas reconnus, pressurés, à tel point que leur ambition semble n’être que l’élévation dans la hiérarchie pour s’éloigner de ces abysses !
D’une part, la définition des qualifications professionnelles est telle qu’il est impossible de promouvoir quelqu’un sans le compromettre dans un rôle qui ne lui convient pas. Il est ainsi courant de commettre des erreurs fatales menant au gaspillage d’une ressource exceptionnelle qui se termine en général par une rupture à rebours des intérêts des deux partis.
D’autre part, il arrive aussi souvent qu’on oublie de promouvoir des gens très compétents et à fort potentiel, de peur de se priver de leur talent là où ils excellent, créant ainsi une frustration contre- productive aboutissant souvent au même résultat que dans le premier cas cité.
Dans ma carrière professionnelle, j’ai été ramasseur de patates chaudes voyant le résultat de mes efforts récupéré par d’autres sans fruits pour moi, et comme chef, j’ai commis les maladresses que je cite, à ma grande honte, mes bonnes intentions menant à la double punition du malheur de personnes estimables et de la perte de leurs compétences pour l’entreprise.
Fort de ces expériences, je préconise deux axes d’effort menant à un infléchissement de ces fatalités.
D’abord, inventer la possibilité de valoriser les ramasseurs de patates chaudes sur la voie où ils excellent, à parité avec ceux qui évoluent sur la voie du commandement. Cela me parait équitable tant les uns dépendent des autres et inversement.
Ensuite, cesser de croire que l’exercice du commandement est une chose innée et imposer une solide formation en la matière, pour fluidifier et apaiser la vie dans le travail.
Le mal-être au travail repose la plupart du temps sur l’interaction de ces deux problèmes. Rien de pire qu’un mauvais chef pour empoisonner un service ou un atelier. Rien de pire qu’une ambiance pourrie pour plomber le succès des missions. Il arrive un moment où ne rien faire devient totalement contre-productif au sens capitalistique ce qui est un comble dans notre monde !
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Brésil fasciste
    • Le cauchemar continue : le Brésil vient de basculer dans le fascisme –il faut dire les choses comme elles sont- en...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Démocratie dévoyée
    • Beaucoup de pays sont régit par des principes relevant de la démocratie. Mais si on observe de plus près le...
    • Portrait de Carole
    • Ecoles sous le feu
    • Voilà une belle phrase qui résume presque tout l'article : "il est nécessaire d’avoir été soumis à une autorité...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Encore la laïcité !
    • Je reviens sur ce sujet brûlant après avoir exposé ici même mon point de vue en juin 2017. Comment expliquer que la...