REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Charité participative

Charité participative 10 Fév 2018 15:47 #1808

La pression caritative baisse avec la fin des Fêtes de fin d’année. Cette année encore, combien de mails, de courriers, d’appels téléphoniques du bout du monde, de visites inopinées malgré le code sur la porte, pour nous demander d’abonder les associations qui luttent contre la misère montante.
Noble cause s’il en est.
Les appels à la charité, à l’humanité et à la solidarité des gens pour soulager les plus malheureux ont toujours existé dans la plupart des sociétés humaines. Nous vivons cependant depuis quelques années une accélération en quantité et en intensité.
Nous en sommes à hésiter pour choisir entre les sollicitations. Je trouve que cela ressemble de plus en plus aux appels à des financements participatifs, très en vogue aujourd’hui.
Mais je ne pense pas que cela soit un progrès.
Ce canal de charité participative permet à chacun de choisir là où il veut faire effort, en fonction de ses convictions, de son ressenti, du charme de l’interlocuteur ou du temps qu’il fait.
Autant cela me parait anodin lorsqu’on veut aider des rockers à financer leur premier passage en studio, autant cela me parait inéquitable en matière d’aide humanitaire.
La notion de choix me gêne au sens ou ce qui est favorisé n’est que ce qui parait le plus sexy à chacun pour des raisons pas toujours claires… entrainant de profonds déséquilibres dans la répartition de l’aide.
Mais ce n’est pas le plus grave à mes yeux. Le transfert de plus en plus important de l’aide venant de notre société vers celle venant d’individus au travers d’associations, trahis le désengagement public en faveur du privé dans le domaine sensible de la solidarité et de la fraternité découlant de la cohésion sociale.
Une société dans laquelle certains sont obligés d’avoir recours à des associations caritatives pour se nourrir, se loger, se soigner, file du mauvais coton en oubliant sa raison d’être : protéger ceux qui la composent.
Le libéralisme sauvage et son enfant, l’individualisme forcené tendent à nous convaincre que le grand marché libre forme société. C’est un mensonge éhonté, ce qui alimente la cohésion sociale échappe au mercantilisme.
La répartition équitable de l’aide au-delà d’approches partisanes ou de convenances personnelles ne peut pas être sous-traitée, c’est un pouvoir régalien comme la défense ou la justice.
De plus, on observe que la plupart des associations concernées sont animées par des retraités qui y trouvent une nouvelle socialisation et une capacité à peser sur le monde. Pour le plus grand bénéfice de notre société, il serait bon que ces salariés à vie par la société puissent agir en toute équité suivant des règles collectives conformes aux principes de la république, n’oubliant personne, brisant les barrières de toutes sortes, de classe, d’origine, de religion, etc.
L’aide aux plus démunis doit être considérée au niveau de la société et de sa forme légale, l’état, s’appuyant sur les citoyens pouvant donner un peu de leur temps, en contenant efficacement les forces destructrices des communautarismes et autres particularismes.
Modérateurs: Rémi Castérès
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Indécence salariale
    • Le Canard Enchainé du 7 février 2018 (n°5076) revient pour la nième fois (en page 4) sur les rémunérations...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Marx is back !
    • Echo en forme de contrecourant dans la presse de cette semaine : il paraitrait qu’un dirigeant d’une grande banque,...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Nature invisible
    • Petit test : depuis combien de temps n’avez-vous pas regardé le ciel ? Le jour, on s’en inquiète pour des...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Charité participative
    • La pression caritative baisse avec la fin des Fêtes de fin d’année. Cette année encore, combien de mails, de...