AlternativeS DémocratiqueS - Forum AlternativeS DémocratiqueS - Sujet : Sécurité routière (1/1)

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Sécurité routière

Sécurité routière 01 Fév 2018 16:30 #1806

L’annonce de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h à partir de juillet prochain a comme prévu fait quelques vagues et relancé l’affrontement 50/50 typique de notre pays, entre les pour et les contre.
Les arguments bien connus sont ressortis à chaque incursion du gouvernement dans cette chasse gardée partagée bizarrement des partisans de la liberté individuelle à la sauce machiste et de ceux de l’obsession sécuritaire à tous crins.
Je réfléchis depuis longtemps à ce problème, au-delà même des évidents soucis écologiques tels que relocalisation de la production, promotion des transports en commun, éducation à la conduite économique, conception de véhicules frugaux, recherche d’utilisation d’énergie renouvelable. Et plus précisément aux manières indirectes et non répressives de ramener les conducteurs au respect du code de la route, n’en jetez plus.
Pour commencer, s’appuyer sur des statistiques non biaisées en vue de connaitre la vraie typologie des accidents afin d’en tirer les conséquences. Je suis persuadé qu’on ne nous montre aujourd’hui que ce qui va dans le sens des mesures en cours, essentiellement répressives.
Ensuite, sur ces bases solides, il sera possible de mettre en place grâce aux moyens offerts par la numérisation et les multiples caméras installées partout pour des raisons policières, une signalisation variable dont chaque panneau commandé à distance soit automatiquement, soit par les centres de contrôle routier, tiendra compte des circonstances locales pour une indication adaptée à chaque instant.
Pour des raisons de physique incontestables, la vitesse est LE facteur aggravant des accidents. Mais la manière de l’imprimer dans l’esprit des conducteurs est devenue tellement dogmatique et souvent peu évidente ou absurde que beaucoup passent de l’obéissance au déni.
Imaginons que la vitesse soit limitée en fonction de la charge de la circulation, des conditions météo, du moment de la journée, ce qui sera bien accepté car mesure de bon sens. Par exemple, sur nos périphériques, en dehors des heures de pointe ou la signalétique numérique pourrait indiquer des temps d’attente ou des solutions d’évitement beaucoup plus locales plutôt qu’une vitesse maximum, on pourrait avoir une évolution de la vitesse plafond en fonction de la charge, de 50 à 90 km/h et la nuit à 110 km/h. Ceux qui l’empruntent souvent ne font pas autrement d’eux-mêmes. Il peut en être ainsi sur tout le réseau routier avec une attention particulière aux zones statistiquement dangereuses.
Les conducteurs feront spontanément confiance à une signalisation les aidant à mieux circuler, ils seront beaucoup plus vigilants, attentifs aux messages variables, contrairement à ce qu’entraine la saturation visuelle actuelle qui en devient improductive. Et cerise sur le gâteau, ils n’auront plus l’impression d’être pris pour des imbéciles.
Cette mesure entrainera une fluidification de la circulation et donc une énorme économie de temps et d’énergie pour tous, justifiant aux yeux de tous les emplois et les équipements indispensables.
Dans le champ de la formation au métier de citoyen que nous appelons de nos vœux, le permis de conduire couronnerait une véritable éducation à la conduite étendu au-delà de sa technique propre, au respect des autres et de l’environnement. Bien conduire et se conduire.
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Fabrice Farget
    • Chaos et déterminisme
    • "L'action au service de la raison" Ch.Maurras. Encore faut il savoir de quelle raison on parle ? Ne parle t'on pas...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Explication libérale
    • La belle affaire, l’affaire Benalla ! Elle nous est tombée dessus comme un couvercle sur le spectacle du monde ! On a...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • La réserve
    • La réserve militaire est un sujet qui me tient à cœur pour tout un tas de raisons. Notamment parce que je connais...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • OTAN bis
    • Parler de l’OTAN, c’est bien, mais depuis le temps que nous vivons sous son parapluie, nous ne nous posons même...