REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Queue de comète

Queue de comète 25 Jan 2018 16:14 #1803

Malgré le temps écoulé depuis la fin de la présence française en Algérie, la plaie est toujours à vif à tel point qu’avoir une opinion sur le sujet déclenche inévitablement une sorte de guerre nucléaire entre diverses factions retranchées dans des certitudes inexpugnables et auto-entretenues en forme de dogme religieux. Mais tant pis, un, deux, trois, je saute !
Notre pays est parvenu à apaiser ses relations avec une partie de ses ennemis historiques à un point tel que les jeunes générations ont à peine idée de ce qui a pu se passer si elles ne se basent que sur ce qu’elles observent de notre univers mondialisé. Ce dépassement des contentieux historiques n’a cependant pas touché de la même manière les pays issus de notre empire colonial parce qu’au lieu de populations en confrontation, on a affaire à des populations en partie intriquées.
La colonisation est le résultat d’une relation de force déséquilibrée dont le but est l’annexion de territoires et de leurs richesses au détriment de ceux qui y vivent, tout ceci étant assuré et tenu par de grands contingents militaires, administratifs et de peuplement. Il y a mélange et volonté de durer.
L’Algérie est le pays où ce processus a été le plus avancé au point d’être annexé et départementalisé.
Il est déjà stupéfiant de constater malgré les gesticulations censées le justifier, à quel point ce processus violait les grands principes des Lumières et de la Révolution : la volonté de puissance, le mépris de l’Autre et la cupidité eurent tôt fait de les remplacer.
La Deuxième Guerre Mondiale a initié une évolution du monde séparé à présent en deux blocs idéologiques opposés et précipité convulsivement la naissance de multiples pays nés de la fin des empires coloniaux.
Mais il y a loin de la fin d’une occupation militaire – comme celle de la France par l’Allemagne nazie – à celle d’une colonisation : le rôle et le vécu des populations sont très différents !
L’occupation se termine par le retrait de l’occupant et le pays revient à ses fondamentaux.
La colonisation se termine plus ou moins bien par le transfert du pouvoir à de nouvelles élites mises en avant de diverses manières, aux intentions à construire vis-à-vis des populations autochtones et des colons souvent installés de longue date.
La colonisation en Algérie s’est terminée par une guerre par certains côtés atroce, qui a ravagé le pays durant des années jusqu’à ce que la pression de l’Histoire pousse les protagonistes à en finir dans un compromis frustrant toutes les parties.
La société française de l’époque s’est débarrassée de ce conflit contraire à ses principes affichés au prix de l’exode sans compromis des colons hurlant à la trahison et qui nourrissent depuis une rancœur inextinguible contre l’état. Le temps qui passe et ce qu’est devenue l’Algérie ne font rien à l’affaire.
La société algérienne au début euphorique a bien vite déchanté, leurs nouveaux maitres les privant encore aujourd’hui des bénéfices de leurs sacrifices passés. Le maintien envers et contre tout d’un pouvoir momifié interdit ici aussi tout apaisement.
En dehors d’un racisme rampant, d’une rancœur des uns contre les autres en circuit fermé, la coexistence de ces points de vues si opposés a été entretenue par l’arrivée massive, presque dans les valises des rapatriés, de travailleurs à bas couts appelés pour construire leurs logements et faire tourner une économie en plein essor.
Et aujourd’hui, les enfants des uns et des autres continent à s’opposer, entre d’une part les thèses du FN et d’une certaine droite nostalgique de l’ordre colonial et d’autre part une manière de tout ramener à la repentance et à la contrition d’un pays accusé de tous les maux dont souffre l’autre en oubliant qu’il est devenu ce que l’on en a fait par facilité ou indifférence.
Pour en finir avec ce cercle vicieux, il faut être deux. Les sociétés doivent peser sur leurs gouvernants pour inventer des relations sans rancœur, sans humiliations, sans recours aux vieilles haines ne devant plus nourrir que les livres d’histoire.
Beaucoup d’algériens ont migré en France. Il est largement temps qu’avec leurs descendants, ils y vivent comme des français en comprenant parfaitement comment ils en sont arrivés là. Et que les français les acceptent enfin comme ils ont fini par accepter les vagues de migrants précédents aujourd’hui pleinement constituants de la communauté nationale, la seule qui vaille.
Tout ce qui précède vaut à l’intensité près, pour nos relations avec tous les pays issus de notre ancien empire colonial.
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Carlos Ghosn
    • Carlos Ghosn est tombé. Enfin, entend-on dire. Nul ne sait combien ce paludier surdoué a ratissé de fric chaque...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Gilets jaunes encore !
    • Effectivement, transparait du phénomène « gilets jaunes » un appel pressant au lien social qui est totalement...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Ventes d'armes
    • L’argent n’a pas d’odeur, ni celle de la poudre, du napalm ou du sarin. Garantir du travail à ses concitoyens est...
    • Portrait de chantal
    • Gilets jaunes
    • Je pense que François Ruffin lors de ses prises paroles analysent bien la source de ce conflit, et sa lutte contre...