AlternativeS DémocratiqueS - Propositions

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

AlternativeS DémocratiqueS discute de nombreux sujets et les débats sont souvent longs avant qu’une position soit déterminée.

Voici notre position sur plusieurs questions. Chacune nécessiterait d’être argumentée et développée. Nous n’avons pas pour l’instant les forces suffisantes pour le faire (ceci est aussi un appel à ceux et celles qui voudraient réfléchir avec nous). Mais il est nécessaire que nos positions soient publiques.

Qu’est-ce qui ne nous convient pas dans le système scolaire actuel ?

• Ses buts ne sont pas les bons.

Le document de référence date de 2006. C’est « Le socle commun des connaissances et des compétences ». Il détaille tout ce qu’il est indispensable de maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire.

Pourquoi posséder ces connaissances et ces compétences ? Afin « d’accomplir avec succès sa scolarité, poursuivre sa formation, construire son avenir personnel et professionnel et réussir sa vie en société ».

Étudier pour accomplir avec succès sa scolarité, c’est étudier pour réussir ses études !

 La démocratie, c’est par définition le pouvoir du peuple. Il est de plus en plus évident que dans notre société, ce n’est pas le peuple qui exerce le pouvoir, mais un petit nombre de personnes très riches ou qui se sont mises au service des plus riches.

Les élections ne suffisent pas à faire la démocratie. Pour cela, deux conditions supplémentaires sont indispensables :

• Le droit des citoyens à l’information ;

• Le respect par les élus de leurs engagements.

Il y a quelques décennies, les Français avaient un choix politique simple et concret. La droite défendait le système capitaliste, qu’elle rebaptisait de libre-échange, tandis que la gauche se donnait pour but d’établir d’une société socia­liste.

En 1966, le général De Gaulle déclarait que la politique de la France ne se fait pas à la corbeille. Aujourd’hui, il ne s’agit plus que de « rassurer les marchés financiers », ces mêmes marchés financiers qui ruinent notre économie avec la désin­dustrialisation et un endet­tement vertigineux.

Selon les idéologues de l’ultra­libéralisme, la dérégulation devait apporter une prospérité sans précédent. La réalité, c’est la précarité et l’angoisse pour l’avenir.

Démocratiser la société serait vain si la politique continue à se soumettre aux exigences des financiers. En France, ce sont les socialistes qui leur ont livré l’économie par une série de lois prises dès 1983-1986, Mitterrand étant président de la République, Fabius premier ministre et Bérégovoy ministre de l’économie. L’État doit retrouver ses prérogatives.