AlternativeS DémocratiqueS - Comment faire de la politique ?

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Au vu de la situation actuelle, se demander pourquoi faire de la politique est presque une question désuète et irresponsable. Des décennies d'inactivité et de désengagement nous ont menés au triomphe des nationalismes d'un côté, à la misère sociale, économique et culturelle de l'autre.

Il est clairement temps de redonner le pouvoir au peuple et par conséquent, il est absolument nécessaire que le peuple daigne s'en emparer. L'engagement politique ne doit plus être un horizon lointain et inaccessible, réservé à une minorité de crapules ou d'illuminés.

Le vernis de l'habitude est toutefois difficile à gratter. L'individualisme a la dent dure : d'une part il nous prive d'une pensée systémique et nous raccourcit grandement la vue, d'autre part il insiste sur le danger et l'inanité de toute forme d'appartenance et de combat, en particulier politiques. S'engager, oui mais comment ? Militer, oui mais dans quel but ? Agir, oui mais que pouvons-nous faire à notre échelle ? Il existe des réponses à toutes ces questions ; encore faut-il se les poser.

Premièrement, faire de la politique ne se résume pas à agiter des slogans et des tracts. Pour paraphraser les paroles de La Canaille, crier « Vive la révolution ! » ne fera jamais de vous des révolutionnaires. L'engagement se travaille dans le temps et dans la continuité car la société ne s'interrompt jamais. L'engagement se construit dans la pensée et dans les actes et pas seulement dans les émotions ou les intérêts.

Deuxièmement, faire de la politique ne consiste pas à cumuler les engagements dans une optique consumériste et hédoniste. Un peu d'AMAP, un peu de manif, un peu de grève, cela ne constitue pas une posture durable et sociale ; cela satisfait uniquement la conscience et les envies. Avoir une vision globale de la politique ne relève pas de l'idéologie mais de la réalité car, de fait, la politique est partout.

Troisièmement, faire de la politique ne nécessite nullement d'avoir fait l'ENA, Sciences-Po et autres HEC, bien au contraire. L'engagement n'est pas synonyme de carrière. Le politicien professionnel est par nature une atteinte à la démocratie et une défense de l'oligarchie. L'élite n'est et ne doit pas être une caste nébuleuse et figée ; l'élite est et doit être une construction permanente et une émanation dynamique de la parole du peuple.

Finalement, faire de la politique constitue un véritable sacerdoce et s'engager se traduit par la cohérence de nos pensées, de nos paroles et de nos actes. Si cela vous semble effrayant, interrogez-vous sur les bénéfices de l'engagement politique. Si cela vous semble exigeant, questionnez-vous sur les raisons qui vous amène à penser ainsi. Si cela vous semble irréalisable, demandez-vous comment l'humain, qui est un animal social, ferait-il pour vivre sans société et comment devrait-il procéder pour entretenir cette dernière.

Faire de la politique, c'est accepter l'individuation mais refuser l'individualisme, c'est tout à la fois accueillir et construire le collectif. Pour ce faire, il suffit de mettre sa pensée en mouvement et de régler son action en conséquence, il suffit de retrouver la pensée collective et de mettre en œuvre l'esprit critique. Autrement dit, il s'agit de réfléchir et de travailler ensemble à un système alternatif. Et voici la recette que nous vous proposons :

Ingrédients

– Quantité indéterminée d'individus de tous horizons sociaux, culturels, politiques...

– Quantité indéterminée de tables, chaises, coussins, canapés, stylos, papier, ordinateurs... (à votre convenance) ;

– Une visée démocratique, un fonctionnement démocratique, une parole démocratique ;

– Et c'est tout !

Préparation en quatre étapes (bien suivre l'ordre préconisé)

– Analyser, expliquer et comprendre le système actuel ;

– Pointer les problèmes et les incohérences et déterminer ce qui ne fonctionne ou ne plait pas dans le système actuel ;

– Inventer, construire, structurer un système alternatif et global, juste et équitable ;

– Établir les phases transitoires pour passer du système actuel au système alternatif, réfléchir et agir pour parvenir à ce but.

~

Faire de la politique, ce n'est en somme pas si sorcier ; il suffit de chercher la bonne formule. Pour paraphraser à nouveau les paroles de La Canaille, mettons nos gouttes de miel dans leurs litres de plomb. Préparons ensemble le changement à venir plutôt que de nous laisser étouffer par les dérives extrémistes ou néolibérales. Préparons ensemble la venue d'un nouveau système plutôt que de laisser nos esprits se scléroser et nos consciences s'embourber dans la mélasse.

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire