AlternativeS DémocratiqueS - Renouveler les élites

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

La fin de notre monarchie présidentielle entrainera une redistribution du pouvoir au profit du parlement et des assemblées locales. Cela s’accompagnera d’un renouvèlement des élites.

Le système électoral actuel favorise la concentration du pouvoir entre les mains de mâles riches et âgés. La mise en place de quotas vise non pas à modifier ce mauvais système, mais à le camoufler. Il est méprisant pour les intéressées : sont-elles élues en raison de leurs compétences ou parce qu’elles font partie du quota ?

D’autres quotas, tout aussi justifiés, pourraient être mis en place. Est-ce que le sexe a plus d’importance que la classe sociale pour prendre des décisions politiques ? Combien d’ouvriers et d’ouvrières sont élus, sont élues ? Combien d’avocats et d’avocates ?

D’autres demandent des quotas selon la couleur de la peau, la religion, l’âge. On finirait par une société de castes.

La réforme du système électoral lèsera beaucoup d’intérêts actuels mais sera autrement efficace pour que les élus ressemblent un peu plus à la population qu’ils sont censés représenter. Il faudra en revenir au scrutin de liste, avec mention non seulement de l’âge, mais aussi de l’activité professionnelle. Rien n’interdira de constituer une liste composée exclusivement d’avocats entre soixante et quatre-vingts ans, mais il est moins probable que les membres de cette liste seront élus aussi facilement qu’à présent !

Le cumul des mandats sera interdit. Les responsabilités étant déconcentrées et clairement identifiées, chaque candidat choisira selon ce qui l’intéresse particulièrement.

Il n’y aura plus de collectivités dont les membres ne seront pas élus au suffrage universel. Les élections des conseils municipaux et des conseils communautaires pourront se tenir le même jour, mais avec des candidats différents, ce qui ne devrait pas poser de problème dans la mesure où les compétences seront clairement identifiées et distinctes.

Les mandats ne pourront être renouvelés qu'une fois, l’avantage de l’expérience étant contrebalancé par l’inconvénient de la sclérose et les risques de corruption. Être élu ne devrait être ni désavantageux ni particulièrement avantageux pour le restant de la carrière professionnelle.

Pour favoriser la candidature de personnes qui ont des difficultés pour se libérer, les conseils devront se pencher sur leur fonctionnement. Ils auront à reconsidérer leurs dates et horaires de réunions et à mettre en place des moyens de garde pour inclure les mères de jeunes enfants.

Enfin, les conditions des débats dans les assemblées devront être revues pour que chaque élu puisse s’exprimer sereinement, en particulier ceux qui ne sont pas des professionnels de la communication ou qui n’ont pas une posture de mâle dominant. Il faut en finir avec le spectacle grotesque et pitoyable délivré par la télévision lors des questions d’actualité à l’Assemblée Nationale. Les désaccords peuvent être vifs sans qu’on perde sa dignité.

 

Lire la suite, L’économie au service du peuple et de la nation

 

 

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire