AlternativeS DémocratiqueS - L’esprit de défense

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Tenter de définir l’esprit de défense est plus difficile qu’il n’y parait. Le concept est rebelle à n’être réduit qu’à un aspect militaire, tant dans ses fondements que dans ses manifestations. En fait, il est transversal à la société toute entière.

Comment émerge cette volonté des individus composant un groupe à s’opposer par tous les moyens à tout ce qui peut le menacer, fût-ce au prix de leur vie ?

Ses manifestations initiales ont certainement été contemporaines des premiers groupes humains dont la dimension supérieure à celle d’une famille était limitée à la capacité de chaque individu à connaitre tous les autres, soit de 100 à 200 personnes tous âges confondus.

La pérennité de ces hordes reposait sur la coopération nécessaire à la survie élémentaire, sur la cohésion de la société émanant de la solidarité entre les individus vivant ensemble, et sur leur volonté de voir durer le groupe. Coopération et cohésion sont les garants de la survie et le terreau d’un esprit de défense élémentaire.

Petit à petit, ces sociétés se sont multipliées par scissions successives jusqu’à occuper tout l’espace comme des bulles de savon forment une mousse avec des tensions superficielles aux interfaces, mais aussi des échanges de toutes sortes jusqu’aux sociétés actuelles qui, pour la première fois sont confrontées aux limites de notre planète.

Avec ce changement d’échelle, comment l’esprit de défense a-t-il perduré ?

Déjà, il est toujours présent à petite échelle, on peut observer ses manifestations couramment au sein de microcosmes soumis à l’adversité. C’est l’esprit de corps des soldats au combat, des pompiers au feu, des salariés luttant pour la survie de leur entreprise, des alpinistes d’une cordée…

Plus précisément, on découvre qu’il est d’une manière générale, généré par le regard des autres dans l’adversité et renforcé par la bonne connaissance de la menace.

A plus grande échelle, on le retrouve au niveau de la nation, si on s’intéresse à l’histoire ! Mais pas plus haut. Car la nation est l’unité élémentaire qui agit indépendamment de qui que ce soit, dont les membres obéissent aux mêmes lois, qui a une défense commune et un territoire donné.

Durant la Seconde guerre mondiale, on le retrouve dans le comportement jusqu’au-boutiste de l’Allemagne hitlérienne, dans la résistance opiniâtre des anglais galvanisés par les discours de Churchill, dans le sursaut des russes aiguillonnés par l’appel de Staline en 1941, dans le réveil irrité des Américains à l’écoute de Roosevelt s’insurgeant contre la félonie de Pearl Harbor, dans la mobilisation suicidaire du Japon en 1945…

Mais pas dans une France minée par des dissensions internes, la faillite de ses élites, et l’archaïsme de ses états-majors, jusqu'à qu’elle entende certains discours renouant avec l’espoir.

Il ressort de tout ce qui précède que l’esprit de défense n’existe pas sans cohésion sociale, quelle que soit sa nature, sans la connaissance précise de la menace, reconnue dans des discours inoubliables, vrais et forts, sans une confiance absolue dans les institutions en charge d’orchestrer la défense.

Ces conditions remplies, il se déploie et charpente puissamment la société qui se défend alors efficacement, en toute connaissance de cause.

On ne peut que s’inquiéter de sa force de nos jours, alors que règnent un individualisme conduisant à considérer autrui en ennemi de soi, une montée des inégalités menaçant frontalement la cohésion sociale, une désinformation détournant des vrais enjeux et enfin une perte de confiance croissante en ceux qui gouvernent en notre nom et dont la langue de bois n’est qu’un éteignoir d’enthousiasme.

Qui ira se faire tuer pour une société dont on ne peut plus rien attendre en retour tant elle est vendue à des intérêts privés ?

Au début n’est pas l’esprit de défense, il n’est que la conséquence de la bonne marche d’une société en ce qu’elle protège également les individus qui la composent au prix du sacrifice consenti de certains d’entre eux.

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire