REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Le patronat vient de publier une « Lettre ouverte des entreprises et des entrepreneurs au Président de la République ». Par entreprises et entrepreneurs, il faut comprendre qu’il s’agit du capital.

Les capitalistes prétendent qu’ils veulent agir contre le chômage. Venant de leur part, cette préoccupation sociale surprend. En réalité, il s’agit d’une nouvelle offensive pour enrichir les plus riches et pour appauvrir les travailleurs.

Tous les mots dans leurs bouches ont un sens inverse du français ordinaire. Ce qu’ils appellent « sécurisation du contrat de travail », en français cela veut dire encore plus de précarité. La sécurisation, pour le capital, c’est de pouvoir licencier à tout moment et avec des indemnités réduites, voire pas d’indemnités du tout.

Ils demandent que le salaire indirect (celui qui n’est perçu que quand on est malade ou âgé) ne soit plus payé par les patrons mais par la collectivité. Cela serait compensé, prétendent-ils, par la baisse du chômage. Les promesses ne leur coutent pas grand-chose.

Ils demandent enfin « la facilitation des nouvelles formes d’activités indépendantes », c’est-à-dire que la sous-traitance soit généralisée pour des auto-entrepreneurs qui seront “libres” de travailler sans limites, eux et leur famille, avec une protection sociale réduite au minimum.

Le petit patronat s’est rallié au MEDEF pour revendiquer cette forte diminution des salaires. Étranglé par la mondialisation, il y voit une solution immédiate. C’est une politique à courte vue. En appauvrissant la population, il diminue encore son marché et l’activité économique. Ses maux ne viennent pas des salaires trop élevés, mais de la concurrence déloyale avec les entreprises de taille internationale qui échappent à l’impôt et qui imposent leurs conditions.

Depuis trente ans, toutes les mesures antisociales ont toujours conduit à l’augmentation de la pauvreté et du chômage, et finalement à la mise en difficulté de nombreuses petites et moyennes entreprises.

AlternativeS DémocratiqueS s’oppose à cette nouvelle offensive patronale et affirme qu’au contraire seules la sortie de la mondialisation et l’amélioration des conditions de travail et des salaires permettraient de lutter efficacement contre le chômage.

icone pdf 150x150

    • Portrait de Daniel Méjean
    • Le nouveau Spielberg
    • Je viens de découvrir le dernier film de Steven Spielberg, « Ready Player One ». Excellent scénario de...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Orwell
    • Si par quelque miracle défiant les lois naturelles, George Orwell revenait parmi nous, il en tomberait à la renverse !...
    • Portrait de FARGET
    • Le nouveau travail
    • L'échelle des valeurs instaurée par le système capitalisme ne semble plus exister chez une partie de la jeunesse....
    • Portrait de Daniel Méjean
    • ebdo
    • Se lancer dans une nouvelle aventure éditoriale est toujours risqué en ces temps de dématérialisation à marche...