AlternativeS DémocratiqueS - Une guerre inutile

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Notre gouvernement a déclaré que la France a été attaquée, que la France est en guerre.

 

D’où vient l’attaque ? Elle viendrait d’un État embryonnaire, enclavé, cerné d’ennemis et situé à plusieurs milliers de kilomètres de nos frontières ! Étonnant, non ?

Qu’en est-il en réalité ?

Les attentats de Paris ont une double composante, interne et externe.

La composante externe, c’est ce qui s’appelle Daesh, ou Isis, ou État islamique. Cet embryon d’État n’est pas né de rien. Il est l’enfant de l’invasion étasunienne de l’Irak en 2003. Cette agression était placée sous le signe du mensonge (les fameuses armes de destruction massive) et à abouti à un système totalement corrompu, à l’image de ceux qui l’ont mis en place. Daesh est le reflet inversé du libéralisme.

Les dirigeants de Daesh veulent mettre fin aux interventions militaires occidentales au Moyen Orient. Par représailles contre ces actions militaires, ils suscitent des attentats, avec les moyens dont ils disposent, au cœur des territoires de leurs ennemis.

Et, justement, ils disposent d’appuis déjà en place. C’est la composante interne.

Le libéralisme a conduit à une accumulation stupéfiante de richesses entre quelques mains, à la pauvreté et au désespoir pour beaucoup d’autres, particulièrement pour les jeunes. Quand des millions sont désespérés, il ne faut pas s’étonner que des milliers cherchent à se venger.

La religion n’a rien à voir là dedans. Aux États-Unis, du 1er janvier au 20 novembre 2015, 431 personnes ont été tuées et 1 227 blessées au cours de “mass shootings” (fusillades à l’aveugle dans la foule). Très peu de ces massacres, de plus en plus fréquents, sont liés à l’islamisme. Au cours de son suicide, le pilote du vol Germanwings 9525 a délibérément entrainé dans la mort plus de personnes que les attentats de Paris n’ont fait de victimes.

Les intellectuels ayant tous rallié le libéralisme, ils n’ont aucune solution réelle à proposer à la jeunesse. Une partie de cette dernière se tourne vers des idéologies toutes prêtes et c’est un vivier dans lequel Daesh puise.

Voilà ce qui a provoqué les attentats de Paris.

Comment lutter contre ce terrorisme ?

Notre gouvernement ne propose qu’une solution militaire. La plus gigantesque coalition de tous les temps a été incapable de venir à bout des talibans en Afghanistan. L’invasion étasunienne, loin d’apporter la démocratie, a donné naissance à Daesh en Irak. Le fonctionnement des puissances occidentales conduit au mensonge et la corruption généralisée Il ne peut rien en sortir de positif. Il en sera de même avec Daesh ; une solution militaire est impossible.

La cause externe du terrorisme ne s’éteindra qu’avec le retrait des troupes françaises au Proche-Orient.

Sur le territoire national, la lutte contre l’islamisme n’aboutira pas non plus parce que l’islam n’est pas la cause du désespoir de la jeunesse.

Par contre, voici un discours dont nous pensons qu’il serait efficace : «  Je comprends que tu rêves de te faire exploser au milieu d’une bande de fêtards. Mais que dirais-tu si, au lieu de te venger, tu avais un vrai travail, un vrai salaire, si tu pouvais fonder une famille, élever tes enfants ? Que choisis-tu ? » Ne croyez-vous pas qu’alors le nombre de terroristes potentiels se réduirait comme peau de chagrin ?

Naturellement, il ne s’agit pas que ce soit à nouveau un discours creux, tel celui des personnes qui affirment qu’il faudrait aider les jeunes à trouver du travail. Il faut en finir avec les mensonges et l’hypocrisie, avec les larmes de crocodiles. Le renversement de perspective doit être immédiatement perceptible.

C’est tout à fait possible, à condition d’en finir avec le libéralisme, avec la domination des plus riches. Rien que les fortunes colossales figées dans les paradis fiscaux offrent de larges marges de manœuvre. La lutte vraiment efficace contre le terrorisme, chez nous, c’est un espoir raisonnable et fondé.

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire