AlternativeS DémocratiqueS - L'information

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Notre première proposition pour une démocratisation de la société française concerne l’information.

Si le peuple gouverne, il doit au minimum être correctement informé de quoi il retourne. L’information ne peut pas être laissée à ceux qui disposent du pouvoir politique ou du pouvoir de l’argent, et qui la manipulent pour faire prévaloir leurs intérêts. L’information doit être considérée comme un service public, de façon à être impartiale, et gratuite, de façon à être également accessible à tous. 

Le service public d’information produira des informations vidéo, audio et écrites diffusées par les radios et télévisions publiques et sur internet. Les journalistes se conformeront à une charte déontologique et ils seront protégés des pressions politiques et financières. Ils travailleront en équipe, Ils auront le temps de mener leurs enquêtes et de vérifier leurs informations ; leurs sources seront protégées. La plus grande attention sera portée à ce que ces informations soient accessibles à tous ; un même reportage pourra être décliné en plusieurs versions selon le public auquel il s’adresse.

Les chaines privées, les journaux, les blogs pourront reprendre ces informations comme bon leur semble puisqu’elles seront placées dans le domaine public.

Le cout d’un tel service public d’information est énorme. C’est le prix d’une démocratie réelle. D’une façon ou d’une autre, il devra être payé, soit par le budget de l’État, soit par des taxes sur les récepteurs, soit par des taxes sur les fournisseurs d’accès, sur la publicité sur internet, ou le tout à la fois.

Les services de l’État, les collectivités territoriales et les entreprises publiques ne seront plus autorisées à recourir à des agences publicitaires ou à du personnel salarié pour la rédaction de leur “communication”. Ils devront faire appel à des journalistes professionnels pour traiter des sujets qui les intéressent, que ces journalistes soient indépendants ou regroupés en pool pour traiter de telles demandes. Ces journalistes seront soumis à la charte déontologique de la presse et protégés par elle.

Les entreprises ne pourront plus publier ou sponsoriser des “reportages” ou “articles scientifique” dans la presse : de telles productions devront clairement apparaitre comme des publicités.

Les restrictions de plus en plus nombreuses imposées ces dernières années à la liberté d’information, soi-disant pour protéger la vie privée, en fait pour protéger les puissants, seront levées.

La formation des journalistes

Les écoles de journalisme recruteront un nombre de candidats égal ou légèrement supérieur aux besoins attendus. Le recrutement se fera sur la base de la maitrise du français, de la connaissance de langues étrangères, d'une culture générale centrée sur la connaissance des choses et non pas des mots, de la connaissance de divers milieux sociaux. Il n'y aura pas de restrictions d'âge. Il n'y aura pas non plus de quotas, mais les paramètres d'admission seront ajustés a posteriori pour corriger les distorsions de recrutement entre les différentes origines sociales ou entre les sexes.

La formation des journalistes sera totalement gratuite, ainsi que leur hébergement et leur nourriture.

Une indépendance garantie à l'égard du pouvoir exécutif et de la finance

Le service public et la formation des journalistes seront organisés par un ordre des journalistes indépendant de l'exécutif. Cet ordre aura des comptes à rendre uniquement au Parlement et au public.

Lire la suite, Proximité et responsabilité

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire