AlternativeS DémocratiqueS - Qui est à gauche ? Qui est à droite ? La nouvelle carte politique

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Madame Le Pen souhaite changer le nom de son parti, afin de se dégager de son côté sulfureux. Elle récuse être d’extrême-droite.

Beaucoup de Français ont récemment découvert avec stupéfaction que le Parti Socialiste se situe à droite. Ça n’était pourtant pas une nouveauté.

Alors, pourquoi cette confusion ? Qui est à gauche, qui est à droite, comment s’y retrouver ?

Il faut d’abord préciser ce que nous entendons par gauche et par droite. Je reprends la définition la plus classique. La droite est favorable à une minorité privilégiée ; la gauche défend les plus nombreux, ceux qui travaillent. Il en découle que la droite est naturellement autoritaire et la gauche plutôt favorable à la démocratie.

Après la Seconde Guerre Mondiale, la droite s’étant compromise dans la collaboration avec les nazis, plus personne ne s’est revendiqué de droite. Il a fallu attendre l’oubli et Sarkozy, avec sa “droite décomplexée”, pour que la droite reconnaisse être à droite. Entre temps, cette place avait été occupée par le Front National, que l’on a donc placé à l’extrême-droite.

Se situer à droite n’a donc pas été simple. À gauche, c’est encore plus compliqué depuis les années 80. Avec l’effondrement du communisme, la totalité des élites s’est ralliée à l’ultralibéralisme victorieux. Ne leur jetons pas la pierre. À l’époque, il semblait bien qu’on avait trouvé le secret “de la paix, de la prospérité et du bonheur.” Il y a donc eu un roque massif de la gauche vers la droite ; et symétriquement avec ce qui s’était passé après la Seconde Guerre Mondiale avec la droite se prétendant de gauche ou centriste, la gauche passée à droite a continué à prétendre qu’elle était de gauche.

Vous suivez ? Tout le personnel politique se retrouve à droite, mais une partie dit qu’elle est à gauche… Et ça n’est pas tout.

La bourgeoisie n’est pas une classe unifiée. Il y a les grands, ceux de la finance et des entreprises mondialisées. Il y a les petits et les moyens, en gros les petits commerçants, les artisans, les patrons des petites et moyennes entreprises – ceux qui doivent aller à leur banque pour se financer. La classe dominante dans la société ultralibérale, c’est la finance et les plus grandes entreprises. C’est elle qui profite de la mondialisation. Le reste de la bourgeoisie souffre, plus ou moins. Une partie de la plus-value qu’elle réalise est captée par les banques via des taux d’intérêt élevés, la sous-traitance, les rétro-commissions, etc. De plus, les inégalités sociales délirantes anémient les débouchés commerciaux.

Le Front National exprime les intérêts de cette fraction de la bourgeoisie. Celle qui a intérêt au rétablissement des barrières douanières, du contrôle de l’État sur la monnaie et le crédit. Le Front National est donc un parti de droite, mais moins à droite que les partisans de l’ultralibéralisme. Le Front National se retrouve ainsi à gauche du Parti Socialiste et du Front de Gauche…

Vous suivez toujours ? Ça n’est pas tout !

Les salariés n’ont plus de représentation politique depuis les années 80, les dirigeants des partis et des syndicats qui en étaient les porte-paroles ayant sauté la barrière (ce qui ne serait pas grave en soi, tout le monde peut se tromper. Errare humanum est. Le problème, c’est qu’ils sont restés de l’autre côté en se masquant derrière une phraséologie révolutionnaire. Perservare diabolicum. Quand ils sont dans l’opposition, ça ne se voit pas trop. Quand ils sont au pouvoir, le voile se déchire.)

Cela permet au Front National de tendre une main secourable vers les salariés qui, n’ayant plus de défenseurs, s’accrochent à cette main comme à un dernier espoir. L’alliance se réalise entre le patronat national et les travailleurs. Sous la direction, bien sûr, de ce patronat qui est à l’initiative et qui défend d’abord ses propres intérêts, les salariés servant de force d’appoint pour gagner la majorité électorale. Mais cela fait que, pour l’instant, le Front National penche de plus en plus vers la gauche.

La nouvelle carte politique après ces bouleversements se présente ainsi :

 Carte politique

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire