AlternativeS DémocratiqueS - Quel rôle pour le philosophe aujourd'hui ?

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Il nous est souvent rappelé que le premier philosophe digne de ce nom, Socrate, a achevé sa vie peu glorieusement aux yeux de la société athénienne du Ve siècle avant notre ère. Pour avoir été, sinon un subversif, du moins un agitateur, les institutions de sa Cité l’ont vivement encouragé à s’administrer de la cigüe. Seuls certains de ses disciples, dont l’éminent Platon, ont d’une part compris la portée de l’attitude socratique, d’autre part prolongé son enseignement.

Pourquoi un tel rappel historique, d’un fait si connu et tant répété ? Il me semble que la philosophie de notre temps a oublié la tâche première qu’elle s’était assignée, et dont la mise à mort de Socrate a été la conséquence. Après quelques maigres années de philosophie à mon actif, je constate avec stupéfaction l’oubli, probablement volontaire, du rôle du philosophe dans sa société.

Au fond qu’était Socrate ? Pour le dire autrement, qu’était originellement le philosophe ? Si l’on met les considérations étymologiques de côté, le philosophe, n’est-ce pas le sage actif ? Sage, parce qu’il s’interroge, à l’aide d’outils rationnels et au moyen d’un esprit critique aiguisé, sur des phénomènes plus ou moins évidents ; ces phénomènes pouvant être d’ordre naturel, politique, spirituel, etc. Les divisions actuelles des champs de la philosophie institutionnelle en sont l’héritage. Actif, parce qu’il est conscient que la pensée n’est nullement fructueuse, voire nullement productive lorsqu’elle est isolée. C’est pourquoi elle doit être mise en relation avec d’autres pensées, c’est-à-dire en dialogue d’un côté, qu’elle doit s’étendre et se donner la tâche d’extraire tout un chacun de sa torpeur ignorante d’un autre côté. Sans faire de Socrate un martyre sacrifié sur l’autel de la bien-pensance, il me parait important de me souvenir régulièrement des leçons à tirer de cette histoire.

Et qu’est devenu le philosophe aujourd’hui ? Certes, nous ne sommes plus au Ve siècle avant notre ère, mais en 2014. 2 500 ans d’histoire, il faut tout de même en prendre compte. Il est donc normal de ne plus croiser sur la place Bellecour de Lyon un homme en toge nous demandant de tracer un rectangle au sol et d’en calculer l’aire. Mais loin de cet aspect historique, j’ose, peut-être à tort, déplorer la disparition de la posture véritable de la philosophie.

Y a-t-il encore un sage actif ? Quel philosophe vivant s’obstine à produire une pensée nouvelle, produit de ses dialogues avec les sophistes de notre époque ou bien avec les individus issus de la masse populaire ? Peut-être s’agit-il d’un manque cruel de culture de ma part, mais je ne vois personne.

Quand bien-même ce philosophe existerait, pourquoi n’en entend-on aucunement parler ? Cet individu aurait de quoi soulever des réactions parmi toutes les strates de la société. Voici mon hypothèse : le philosophe des années 2010 est un intellectuel qui n’évolue que dans le cadre d’une sphère académico-institutionnelle bien définie, dont il ne conteste jamais le fonctionnement ni même les fondements. Nous, étudiants pour la plupart, en sommes tant les victimes que les responsables en ce que nous entretenons ce processus.

Le philosophe des années 2010 est un membre de l’élite socioéconomique d’une société, et s’en porte très bien. Bien sûr, Socrate s’adressait principalement en son temps aux membres de la caste dominante. Mais il avait le mérite d’être libre de penser et par conséquent, de remettre en question les us et coutumes de cette même caste ; ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Bien à l’abri derrière les murs de l’université, du lycée ou du laboratoire, le philosophe des années 2010 est devenu un savant qui se complait dans la glose et laisse largement de côté ses interlocuteurs les plus demandeurs : les membres du peuple. Ce savant-ci m’écrase par sa culture, moi qui ne connais peut-être que le millième de ce que 2 500 ans d’histoire des idées ont créé. Pourtant, ce savant-là, je ne réussis pas à le reconnaitre comme philosophe à proprement parler. Il n’agit plus.

En cette période de crise économique, sociale et morale, le philosophe en tant que tel aurait de la matière à méditer, à réfléchir, en bref à philosopher. Tout n’a pas été pensé ; l’histoire ne se répète pas. Au lieu de cela, le savant actuel resserre toujours un peu plus le carcan académique qui entoure son discours ; faisant de son enseignement un objet abscons et bien souvent inaccessible à qui n’a pas eu la chance d’étudier Descartes, Aristote et Kant dans le texte.

Plutôt que de se demander s’il faut désormais délocaliser la philosophie, il serait de bon ton de tenter de faire revivre la philosophie en dehors des institutions diverses et variées qui la cloisonnent d’une part, la vident de sa substance d’autre part. Voilà un projet bien ambitieux que j’aimerais voir se réaliser. Le philosophe doit redevenir une personnalité politique pour accomplir sa tâche. Non pas politique au sens de l’étiquette d’un parti, mais politique au sens de publique.

 

  • Un invité

    La politique c’est l’art d’administrer la «polis«cad la cité. Il suffit de rappeler cette étymologie pour s’entendre sur le sens de ce terme «politique«D’autre part l’étude d’une philosophie institutionnalisée n’empêche en rien le développement d’un esprit critique, cad s’interrogeant sur les fondements et les limites de son savoir. Il est heureusement possible de dialoguer aujourd’hui encore avec Descartes ou Kant mais pour cela il faut les lire et les étudier. Sinon c’est se retrouver dans la posture de celui qui, voulant être écrivain, refuserait de lire de la littérature au prétexte que cette dernière pourrait dangereusement influencer son inspiration; Enfin il n’est pas sûr que la figure de Socrate soit aujourd’hui encore pleinement d’actualité, même si elle peut en effet inspirer une manière d’intervention sur le plan politique. Lorsque Socrate débat librement avec des membres de l’aristocratie athénienne ou plus rarement avec un jeune esclave, la démocratie va prendre naissance et s’établir douloureusement. Ses principes fondateurs et fondamentaux nous semblent évidents aujourd’hui(ce qui n’empêche pas bien sûr qu’ils peuvent être menacés et de manière sournoise) Alors oui souhaitons (et oeuvrons dans ce sens afin )que tous les citoyens se sentent responsables de leur «polis» et concourent à en définir le plus justement possible les fondements, les principes et les finalités. Discutons-en. A bientôt pour développer ces bribes de réflexion.

  • « La politique est l’art d’administrer la cité », j’en conviens parfaitement ; Aristote l’a très bien dit il y a 2500 ans. Cependant cette administration n’est pas seulement à comprendre au sens législatif. Administrer une cité, c’est non seulement réfléchir et agir sur la structure, le fonctionnement, les fondements et les origines d’une société et ce sur le plan économique, social, culturel, scientifique etc ; mais c’est aussi participer à la vie de cette même société. Si le philosophe n’est pas forcé de prendre part à la première forme d’administration (encore que …), il est de son devoir d’être un pilier dynamique de la seconde forme ; c’est en cela qu’il est public. L’enjeu du philosophe est double : d’un côté le savoir contemplatif, de l’autre la sagesse pratique. Une nouvelle fois, c’est l’étymologie qui nous éclaire à ce propos.
    Malheureusement, il est évident que les philosophes actuels ont oublié le deuxième enjeu. C’est pour cette raison que la philosophie institutionnelle échoue vis-à-vis de la tâche qu’elle s’est, depuis toujours, assignée. Pour vous en convaincre, je vous invite vivement à faire un tour sur les bancs des amphithéâtres des facultés de philosophie ou, tout simplement, à survoler quelques articles récents.
    En lisant Kant et son article « Qu’est-ce que les Lumières », on a pu apprendre que la philosophie a pour but de nous arracher à notre état de tutelle, notamment sur le plan intellectuel et moral. En lisant La Boétie, on a su que les tyrans ne le sont que parce que nous sommes à genoux. En lisant Foucault, on a découvert l’étroite imbrication qu’il y a entre le politique et l’histoire. En lisant Marx, on a compris comment naît et fonctionne une idéologie. Tant d’auteurs indispensables à lire dans un premier temps, afin de forger son propre esprit critique dans un second temps. Ces auteurs ne nous sont parvenus que pour nous servir de base pour une nouvelle pensée. Mais la philosophie contemporaine se moque de cette deuxième phase et demeure au nniveau de la paraphrase et de l’illusion. Le philosophe d’aujourd’hui se « détemporalise », oubliant probablement délibérément son engagement social.
    A l’origine, dialoguer avec les penseurs, c’est mettre en action sa pensée. La pensée n’a de sens que si elle est active. Ces penseurs ne sont que des stimuli qui ont pour but d’enclencher le processus de pensée. Mais loin de cultiver ce processus, les philosophes institutionnels le confisquent. Les Descartes, Socrate, Platon et Spinoza n’ont pas attendu que la permission de penser leur soit accordée. Aujourd’hui en revanche, il faut la demander. La philosophie actuelle est une accumulation de culture philosophique, plutôt qu’une invitation à penser à partir de cette même culture. C’est bien là tout le problème.

Ajouter un commentaire