AlternativeS DémocratiqueS - Démocratiser la société française

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Il y a quelques décennies, les Français avaient un choix politique simple et concret. La droite défendait le système capitaliste, qu’elle rebaptisait de libre-échange, tandis que la gauche se donnait pour but d’établir d’une société socia­liste.

L’effondrement du système soviétique au cours des années 1980 a sonné le glas des utopies socialistes. Sans le reconnaitre, la gauche au pouvoir en France a renoncé à ses principes dès 1983 – en appelant ça “la pause” – puis elle a adopté tout aussi discrètement l’idéologie ultralibérale. Les socialistes ont été les initiateurs en France de la dérégulation financière prônée par Margaret Thatcher et Ronald Reagan.

Il n’y avait dès lors plus de différence fondamentale entre la droite et la gauche. Toutes deux croyaient à l’omniscience des marchés, à leur efficience et à leur autorégulation. C’étaient “les années fric”. Il n’y avait plus que des différences de style. Cela a provoqué une crise morale : le chacun pour soi, la perte des ambitions collectives.

Or, la soi-disant “science économique” qui justifiait l’ultralibéralisme s’est avérée fausse. Les marchés ne sont pas omniscients, ils ne sont pas efficients et il n’y a aucune autorégulation – bien au contraire, on est allé de bulle spéculative en bulle spéculative, jusqu’à ce que la plus énorme, la crise des “subprimes” mette tout le système au bord de l’écroulement.

Depuis 2007, cette crise a muté en ce sens que les États ont pris à leur charge les dettes des banques et se trouvent colossalement endettés.

En bref, le socialisme a conduit à l’échec et le capitalisme financiarisé aussi. On voit mal comment on pourrait s’en sortir ! Soit les entreprises appartiennent à des individus, soit elles appartiennent à l’État. Pourtant, ces deux formules ont un point commun. Dans les deux cas, la direction est sous le contrôle en fait d’un tout petit groupe de personnes, la masse de la population étant tenue à l’écart.

Ce point commun permet d’envisager une piste qui n’a pas été explorée, ou seulement dans les mots : l’implication du plus grand nombre dans la gestion de l’économie, ce qui implique une démocratisation profonde de la société. Que l’entreprise soit publique ou privée devient dès lors moins important.

L’article 2 de notre constitution affirme que le principe en est : « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Si on consi­dère que voter tous les cinq ans pour donner à une seule personne un pouvoir quasi monarchique, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, alors oui, la France est un pays démocratique. Si on regarde les choses en face, on mesure le chemin à faire pour réaliser ce « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

AlternativeS DémocratiqueS formule des propositions pour une démocratisation de notre société. Ces propositions sont présentées en plusieurs thèmes pour en faciliter la discussion :

 

• L’information

• Proximité et responsabilité

• Renouveler les élites

 

 

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire