REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

  AlternativeS DémocratiqueS déplore la disparition de son président et co-fondateur. Rémi Castérès s’est éteint subitement le Jeudi 1er Décembre à St Didier sous Riverie.

Nous garderons en mémoire son engagement sans limite, son parcours exceptionnel, ses connaissances encyclopédiques, son acuité intellectuelle et son esprit critique parfois incisif et intransigeant.

 

  Rémi a consacré sa vie à la création et à la mise en œuvre d’une société juste. Il a exploré de nombreuses voies (l’informatique, la pédagogie, l’Histoire …) pour parvenir à ce but, avant d’élire la politique au rang de priorité fondamentale. Il a su développer et partager des outils d'analyse performants ainsi que des idées profondes et cohérentes.

Nous partageons ses convictions au sein du parti. Une société ne connaît ni justesse ni justice sans la participation active de chacun et la cohésion durable entre tous. Si elle n’est plus capable de protéger, elle se condamne à disparaître.

 

  Dans ces temps troublés où nous devons faire face aux menaces de l’ultralibéralisme et des nationalismes, nous jugeons plus que jamais nécessaire de poursuivre notre combat tout en essayant de comprendre avec rigueur les crises auxquelles nous sommes confrontés.

L'individualisme pousse les hommes à rechercher des réponses toutes prêtes et à faire une confiance aveugle à des hommes providentiels. Pour AlternativeS DémocratiqueS, il est hors de question de se soumettre à cette dictature de l'individualisme. La disparition de Rémi, fût-il brillant, ne réduit pas le groupe à néant.

 

  Nous comptons aujourd'hui plus que jamais sur nos membres et sympathisants pour joindre nos efforts. Le monde reste à comprendre, à analyser et, surtout, à améliorer.

Au cours des années 80, le communisme s’est effondré. Tout le monde a alors cru que le marché libre était le meilleur système possible. Les partis de gauche, communistes compris, ont accepté la “mondialisation”.

 Aujourd’hui, c’est ce système ultralibéral qui fait faillite. Mais les salariés (et les chômeurs, et les auto-entrepreneurs) semblent tétanisés et ne réagissent pas. Parce qu’en acceptant la loi du marché, ils avaient aussi accepté l’hyper individualisme qui considère que chacun doit se débrouiller seul et se vendre. Alors, soit ils suivent les partis qui défendent la finance (UMP et PS, mais aussi les Verts et le Front de Gauche), soit ils se mettent à la remorque du petit patronat industriel et commercial en votant pour le Front National, soit ils renoncent à toute participation politique.

 Les salariés constituent l’immense majorité de la population du pays ; pourtant ils sont politiquement insignifiants. Ils ont accepté leur appauvrissement parce qu’ils ont été fabriqués depuis l’enfance avec les idées ultralibérales en tête.

 Mais aujourd’hui un cap est franchi. Un très grand nombre de jeunes, peut-être la majorité, sont dans l’impossibilité de trouver un emploi stable, de se loger, de fonder une famille s’ils le souhaitaient. Les parents constatent que les années d’études qu’ils ont payées ne servent plus à grand-chose. Et cela oblige les gens à réfléchir, à abandonner l’idée qu’eux-mêmes ou leurs rejetons s’en sortiront parce qu’ils seraient plus malins que les autres.

 Les salariés ont tout intérêt à participer de nouveau à la vie politique, d’une façon indépendante, sans suivre telle ou telle fraction du patronat. Ils y sont même obligés, pour survivre. Ils ont besoin de mettre leurs têtes ensemble.

 La démocratie, la vraie, pas la caricature que nous subissons, serait le moyen politique pour l’immense majorité de la population de faire valoir ses intérêts.

 Cela suppose le droit à l’information. Cela suppose le contrôle des électeurs sur leurs élus. Et de nombreuses autres mesures qui sont présentées sur ce site et auxquelles nous vous invitons à réfléchir avec nous, et que nous vous invitons à propager autour de vous pour construire une société meilleure.

 

    • Portrait de Daniel Méjean
    • Paradoxe ou contradiction ?
    • Dans de nombreux pays, l’extrême droite fait son chemin de plus en plus ouvertement, avançant ses thèses dans un...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • L'art
    • Notre société accommode l’art à toutes les sauces. La sauce officielle ou privée, la sauce populiste ou...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Compagnies low-cost
    • Ou il est encore question des compagnies aériennes low-cost ! Vous savez, ces compagnies qui offrent des voyages à des...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Rétention d'informations
    • Il y a des constantes dans les informations délivrées chaque jour par la presse, au-delà du fait qu’il est...